Comment fonctionne notre sommeil ?

Le sommeil est contrôlé selon deux types de fonctionnements. Ces mécanismes autonomes et complémentaires sont notre horloge biologique qui organise notre sommeil que ce soit dans la nuit ou en début d’après-midi mais également une jauge qui s’alimente tout au long de la phase de réveil. À partir de 16 heures, la jauge obtient sa capacité optimale déclenchant ainsi le sommeil puis durant les 8 heures de sommeil, la jauge se vide progressivement jusqu’à déclencher votre réveil.

Les différentes phases du sommeil

En résumé, pour avoir les bénéfices d’un bon sommeil et avoir la forme, il est important de dormir 8h00 environ par tranche de 24 heures, de ne pas rester éveillé plus de 16 heures consécutives et de dormir sur les périodes propices au sommeil comme la nuit et le début d’après-midi. Toutes ces conditions réunies permettent d’obtenir un nuit de sommeil ou une sieste réparatrice et de qualité permettant ainsi la récupération mentale et physique grâce aux deux phases importantes : le sommeil profond et le sommeil paradoxal.

Sommeil profond et sommeil paradoxal

Ces phases très importantes du sommeil sont évaluées selon des enregistrements physiologiques par le biais d’une polysomnographie qui regroupe un certain nombre d’informations comme les activités cérébrales, les fréquences cardiaques et les mouvements oculaires. Bien évidemment, l’analyse des données qu’il en ressort exige le regard d’un expert en physiologie du sommeil. Il est à noter qu’une durée de sommeil insuffisante ou un mauvais sommeil peut engendrer des états de somnolence voire des conséquences plus nocives pour votre santé physique et psychologique.

Les différents cycles du sommeil

Le sommeil est définit par la succession de 4 à 6 cycles d’une durée pouvant varier de 90 à 120 minutes chacun. Chaque cycle se compose de plusieurs phases pouvant être perceptibles grâce à l’activité électrique du cerveau mais également à travers des mouvements des yeux et des muscles. Ces stades sont :

  • le sommeil lent léger : il s’agit de la première phase d’endormissement (appelée stade 1) suivie d’un sommeil léger (stade 2) ;
  • le sommeil lent profond (nommé stades 3 et 4) permettra la récupération physique,
  • le sommeil paradoxal (stade 5 ou SP), est la période pendant laquelle le cerveau est hyperactif. Son activité électrique est semblable à celle qu’il a en état de veille. Son corps, quant à lui, est immobile, excepté les yeux qui produiront des mouvements rapides perceptibles à travers les paupières. C’est ce qu’on appelle le sommeil des rêves et de la récupération psychique.

Melatonine : l’hormone indispensable pour un bon sommeil

La mélatonine joue un rôle fondamental dans notre quotidien. En effet, cette hormone sécrétée par la glande pinéale va se synthétiser sour l’effet de la lumière du jour. Sa fonction principale sera donc de donner des repères temporaires à notre organisme et de réguler le sommeil. Il faut savoir que le sommeil est un phénomène neurobiologique. À la longue manque de sommeil peut avoir des répercussions physiologiques désastreuses pouvant entrainer des pathologies grave.

En 2021, un Français sur 3 avoue être touché par des troubles du sommeil. Bien qu’il soit indispensable et qu’il fasse parti intégrante de notre quotidien, sommeil conserve sa part de mystère .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.