Dette de sommeil : définition, symptômes, comment récupérer…

D’après une récente étude, 1 Français sur 3 affirme être concerné par les troubles du sommeil. Il est indéniable que des carences en sommeil peuvent impacter considérablement nos capacités ainsi que nos performances sans compter notre état de santé. Zoom sur cette pathologie qui, à la longue, peut nuire gravement à sa santé.

Dettes du sommeil :

On connaissait les dettes d’argent, ou encore les dettes publiques, mais saviez-vous qu’il existe également les dettes du sommeil ? En quelques mots, la dette de sommeil renvoie à un temps de sommeil  inférieur à ses besoins. Nous allons voir à présent comment ce manque de sommeil peut être le fruit d’une privation volontaire, involontaire ou subie.

La privation de sommeil volontaire : lorsque dormir est une perte de temps

Cette vérité peut paraitre insensée, elle est pourtant réelle. Pour certaines personne, dormir est une perte de temps considérable. Pour d’autres, 24h dans une journée ne suffisent pas pour y caler ses obligations professionnelles, le trajet pour aller au bureau, sa vie sociale, son activité physique et son besoin physiologique de se reposer. Alors cette catégorie de personne va préférer sacrifier son sommeil en se couchant plus tard ou en se lèvant beaucoup plus tôt déréglant ainsi les horaires physiologiques et naturels du sommeil.

La privation de sommeil involontaire  

Comme son nom l’indique, cette dette du sommeil est irréfléchie et peut être la cause d’imprévus qui bouleversent le rythme de vie tels qu’une nouvelle naissance, un mariage… impactant le rythme veille / sommeil.


La privation de sommeil imposée : une situation complexe non voulue

Contrairement aux deux autres dettes, celle-ci n’est pas voulue. Elle résulte en général de contraintes professionnelles comme le fait de travailler de nuit. Cette nouvelle routine va avoir pour conséquence néfaste, le décalage de la nuit de sommeil à des heures non physiologiques.

Le manque de sommeil équivaut à avoir consommé de l’alcool 

Il vous arrive parfois de vous sentir fatigué. Vous êtes comme affaibli, de mauvais poil et avez du mal à rester concentré. Il ne fait aucun doute, votre sommeil n’a pas été réparateur. Souvent cet état de fatigue est temporaire mais lorsque ce problème devient récurrent, il devient nécessaire de s’interroger et de rechercher la cause de ces troubles du sommeil. En effet, ils peuvent être de plusieurs types et avoir des causes et des conséquences multiples sur votre état de santé.

Quand les carences en sommeil ont des effets semblables à l’alcool

Une étude a démontré que des carences en sommeil ont le même effet qu’une forte consommation d’alcool. Pour étayer ce résultat, deux groupes de personnes ont été analysés, l’un avait pour mission de boire de l’alcool pour obtenir un taux de 1 gramme d’alcool, le second groupe devait quant à lui se priver d’environ 27 heures de sommeil

Il en ressort des données très significatives. En effet, il apparaît que si un individu se prive de sommeil, celui-ci ressent les effets négatifs qu’une alcoolémie de 0,8g pourrait provoquer, ce qui équivaut plus précisément à deux fois la limite autorisée et légale pour un conducteur. 

Il faut considérer le sommeil comme un capital qui s’épuise et se recharge

Plus on se prive de sommeil, plus on accumule des carences qu’il faut combler assez rapidement. Effectivement, chaque carence de sommeil impacte notre organisme et vient affaiblir notre système immunitaire car les carences ne lui permettent pas de fabriquer assez d’anticorps et par conséquent ne peuvent pas faire face à 100% aux diverses inflammations et infections.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.